Notre métier

Calorifugeur

L’Appellation calorifugeur désigne toute personne qui exécute, soit par aspersion ou par toute autre méthode conventionnelle, les travaux d’isolation thermique suivants :

  • Isolation thermique de tout système de tuyauterie ou existant, qu’il s’agisse d’installation, de réparation ou de rénovation de tels systèmes, y compris l’application de tous les finis protecteurs ;
  • Tuyauterie servant au transport d’un fluide quelconque, (eau chaude, eau froide, vapeur, gaz, huile, essence, ammoniaque, etc.) ;
  • Tuyauterie et conduit pour la climatisation, la ventilation ou la réfrigération ;
  • Isolation thermique de calorifères, de fournaises, de chaudières, de réservoirs et de tout autre appareil similaire, à l’exclusion du montage en briques des parois de chaudières.
  • Le calorifugeur peut également poser des isolants rigides ou semi-rigides.
  • L’exécution des travaux décrits au premier alinéa, comprend la manutention reliée à l’exercice du métier pour fins d’installation immédiate et définitive.
  • Les calorifugeurs installent non seulement des isolants thermiques mais aussi acoustiques et ignifuges.
  • L’enlèvement de matériaux d’isolation, en particulier l’amiante

Secteurs d’activité

  • Les calorifugeurs sont actifs, à des degrés différents, dans deux des secteurs de l’industrie de la construction, soit : institutionnel et commercial, et industriel.
  • Heures travaillées par les calorifugeurs en 2012, par secteur d’activité
    • Industriel – 25%
    • Institutionnel et commercial – 75%

Législation et réglementation

Les calorifugeurs de l’industrie de la construction sont assujettis :

  • A la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction (L.R.Q.’ c. R-20) ;
  • Au Règlement sur la formation professionnelle de la main-d’œuvre de l’industrie de la construction (R-20, r.6.2) ;
  • Aux quatre conventions collectives sectorielles de l’industrie de la construction ;
  • Au Code national du bâtiment – Canada 2005 (CNB) ;
  • Au Code de construction du Québec, chapitre I, « Bâtiment » ;
  • à la Loi sur la santé et la sécurité du travail (L.R.Q., c. S-2.1) ;
  • au Code de sécurité pour les travaux de construction (c. S-2.1,r.6) ;
  • à la réglementation municipale, s’il y a lieu

Habiletés et intérêts

  • Acquérir des connaissances liées à l’application de notions de mathématiques, de physique et de dessin technique, ainsi qu’au travail avec des outils et de la machinerie ;
  • Etre minutieux et débrouillard ;
  • Pouvoir travailler en équipe ;
  • Avoir une bonne condition physique ;
  • Etre en mesure de déplacer des objets lourds, de se mouvoir sur les échafaudages et de travailler en hauteur.